•••

Arts contemporains, grap’s Val d’Oise

Accueil > Actualités > Cités rêvées ?

Cités rêvées ?

mercredi 9 octobre 2019, par ooo

Nous construisons une infinité de lieux en ce lieu fini, la Terre où nous cohabitons. De nouveaux centres urbains et de nouvelles périphéries se développent tandis que se pose la question de la réaffectation, du réemploi, de la réutilisation de lieux abandonnés voire effondrés.

•••

Une analyse de l’exposition publiée par la revue d’art contemporain La criritique.org :
http://www.lacritique.org/article-cites-revees.

•••

Exposition du 2 novembre au 8 décembre 2019, vernissage le 8 novembre 19h

Fermé le lundi — Mardi/vendredi : 14 à 17h30, WE et jours fériés : 10h30-12h30 et 14h-17h30

Une exposition proposée par le collectif Grap’s à la galerie d’art contemporain de la ville d’Auvers-sur-Oise, 5 rue du Montcel.

Avec les propositions de Najma Darouich, Patricia d’Isola, Christophe Le François, Teruhisa Suzuki et la participation du collège Daubigny. Un texte de Jean-Marie Baldner est édité à cette occasion.


Communiqué

Nous construisons une infinité de lieux en ce lieu fini, la Terre où nous cohabitons. De nouveaux centres urbains et de nouvelles périphéries se développent tandis que se pose la question de la réaffectation, du réemploi, de la réutilisation de lieux abandonnés voire effondrés.

Construire du nouveau sera sans doute un jour un luxe indécent.

La toute-puissance moderniste bétonne les centres villes avec un langage technique et esthétique qui se veut universel alors que le coût énergétique et environnemental qui en résulte est faramineux ; alors que la perte culturelle qui découle de l’abandon de techniques séculaires et de matériaux traditionnels nous prive de solutions alternatives.

La définition de projets architecturaux qui excluent les usagers au nom du progrès et de la marche de l’histoire amplifient les déséquilibres sociaux, économiques et se combine aux catastrophes naturelles pour installer des désastres urbains, instables et dangereux, désincarnés.

La problématique du développement durable intègre nécessairement des réflexions sur la place des individus, sur la place des communautés et sur l’intérêt du bien commun, pour nos lieux de vie partagés, aussi bien dans l’usage même que dans leur conception : plus le fonctionnement d’un équipement est fixé par un programme initial, moins il a de chance de vivre longtemps. Aussi faut-il ouvrir les projets à l’intervention des usagers pour y intégrer une possibilité de réutilisation, voire de démontage, afin d’offrir une possibilité généreuse d’appropriation souple face à l’inattendu du devenir.

Révéler le désastre et porter des utopies.


Communiqué de presse
Guide de l’exposition

Conception de l’événement : Patricia d’Isola et Christophe Le François

Contacts presse : 06.86.58.18.12 et graps.auvers@gmail.com — Galerie : Adélaïde Trisot, 01 30 36 13 46 art-culture@ville-auverssuroise.fr — Fermé le lundi — Mardi/vendredi : 14 à 17h30, WE et jours fériés : 10h30-12h30 et 14h-17h30

Tous nos remerciements à Monsieur Didier Bouilliant qui a gracieusement fourni les gerbes de blé pour l’installation de Teruhisa SUZUKI, ainsi qu’à Madame Corine Foulque qui a fourni les bambous.

Tous nos remerciements également à l’équipe pédagogique du collège Daubigny pour la mise en place de l’atelier "Cités rêvées, cités de demain".

Le collectif Grap’s est soutenu par la ville d’Auvers-sur-Oise et par le Conseil départemental du Val d’Oise, il est partenaire avec la radio RGB-99.2 et la librairie la 23ème marche.